Skip to content

2019-03-02 - MedTeh - Impression 3D - Première impression 3D d'implants en milieu hospitalier

UDINE / ITALIE. Le fabricant italien d'implants LimaCorporate et l'US Hospital for Special Surgery ont annoncé la création de la première installation d'impression 3D dans un hôpital pour la fabrication additive d'implant.

"La collaboration entre des chirurgiens de haut vol et des ingénieurs de haut niveau peut stimuler l'innovation et faciliter l'accès des patients américains", a déclaré Luigi Ferrari, PDG de LimaCorporate.

L'installation sera située sur le campus principal de l'hôpital de chirurgie spéciale de l'Upper East Side à New York. Il devrait commencer à fonctionner normalement en 2020 et être utilisé initialement pour les soins régionaux, avant d’être étendue à tout les États-Unis.

Traduction Jean-Louis Bourgogne janvier 2019

Source : ÄrzteZeitung  10-01-2019

Imprimer Imprimer

2019-03-01 - Intelligence artificielle - Les 5 tendances de l'IA qui dominent le monde de l'entreprise en 2019

Les entreprises peuvent largement bénéficier de l'intelligence artificielle. Le spécialiste des logiciels IntraFind explique ici les 5 tendances de l'IA qui façonneront 2019.

L'intelligence artificielle (IA) continuera à jouer un rôle majeur en 2019. Si l'IA ne peut pas faire de miracles, elle peut aider les entreprises dans de nombreux endroits. Elle fournit des informations qui, sur divers processus, auraient pu échapper au regard humain, soulage les acteurs de tâches standard et facilite l'accès à l'information.
Les tendances qui marqueront 2019 ont été identifiées par IntraFind Software, spécialiste des processus d’entreprises e matière de recherche et de traitement du langage naturel.

1. L'IA devient plus démocratique

Ces dernières années, de nombreuses avancées ont été réalisées dans de nombreux domaines de l'IA. Mais trop peu d'entre eux ont changé la vie quotidienne des travailleurs du savoir modernes. En 2019, les méthodes d'IA seront mises à disposition dans les entreprises affaires de manière plus démocratique. IL y aura un plus grand nombre d’employés qui bénéficieront et auront accès aux applications d'intelligence artificielle. De plus, les applications d'intelligence artificielle ont été principalement développées avec des lunettes de chercheurs. Depuis, on tient compte de plus en plus des commentaires des utilisateurs.

2. Le machine learning couvre plus de tâches

Les techniques d'apprentissage automatique (machine learning) utilisées dans les logiciels d'entreprise soulagent de plus en plus les employés des tâches standard et concernent de nombreux nouveaux cas d'utilisation et modèles économiques. Par exemple, un logiciel d'analyse de texte peut être utilisé comme une aide à la lecture intelligente en reconnaissant, en extrayant et en listant clairement les thèmes et les passages les plus importants dans des documents de plusieurs pages. Cela profite surtout aux employés qui traitent chaque jour une multitude de textes. Les entreprises deviennent plus efficaces et économisent ainsi des ressources.

3. Les systèmes conversationnels aident au travail

Le marché des logiciels basés sur la PNL (Natural Language Processing) est en croissance. Cela donne également une impulsion aux "systèmes conversationnels", qui facilitent le travail en tant qu’assistants virtuels. Dans le support client, par exemple, les requêtes sont de plus en plus saisies via des assistants virtuels, rapprochées des bases de données FAQ, puis traitées. Même au sein de l'entreprise, ces assistants sont utilisés en tant qu '"assistant d'entreprise virtuel". Ils comprennent et parlent le langage naturel et sont en mesure d'extraire des informations de différentes sources de données pour répondre aux questions éventuelles.

4. Les domaines d'application deviennent plus diversifiés et plus liés à l'utilisateur

Les applications IA prennent généralement en charge des fonctionnalités plus approfondies et sont de plus en plus utilisées par les entreprises, par exemple dans des cas d'utilisation spécialisés, tels que l'analyse de contrat en mode « due diligence ». Elles aident à résoudre des problèmes spécifiques de manière ciblée et sont optimisées par des méthodes d’apprentissage de manière à s’adapter encore mieux au comportement de l’utilisateur.

5. Les bases de données graphiques s’élargissent

Les données peuvent être intelligemment reliées aux bases de données graphiques. Celles-ci fournissent la base technologique pour un large éventail d'applications que les entreprises peuvent utiliser pour automatiser la mise en réseau de l'information et elles deviennent de plus en plus courantes. Cela facilite l'identification des experts de l'entreprise pour certaines tâches ou la possibilité de montrer des liens vers un sujet spécifique sous la forme de graphes de connaissances.
Auteure : Julia Dusold

Traduction Jean-Louis Bourgogne janvier 2019

Source : Produktion  3-01-2019

Imprimer Imprimer

2019-02-06 - Numérique/Digital – Assurances - Assurances : une mauvaise compréhension de la numérisation entraîne des coûts élevés

La numérisation est en train de remodeler le secteur des assurances : en raison d'approches très différentes, la question se pose de savoir si les bonnes décisions ont été prises et ce qui est nécessaire pour être compétitif à long terme.

Tous les projets de numérisation ( Digitalisierungsprojekt) ambitieux et coûteux ne permettent pas toujours de répondre aux besoins des clients. On demande et attend aujourd'hui du secteur des assurances de la rapidité, de la transparence et de la simplicité à un prix attractif (Versicherungsbranche).
Mais c’est précisément cette combinaison qui se trouve être explosive : concilier cet ensemble n’est pas chose facile pour les grandes compagnies d’assurance. Une grande partie utilise encore en parallèle les processus conventionnels et la transition vers des processus numériques plus agiles n’est souvent abordée que progressivement. Ainsi, les progrès réalisés à un endroit sont souvent anéantis par des inefficacités constatées ailleurs.
La vitesse peut ici servir d'exemple. Que ce soit chez Insurtechs ou chez les assureurs traditionnels : les clients attendent de nos jours des processus rapides et pratiques. Les grands entrepreneurs internationaux du secteur de la technologie ont montré au client à quel point un service de qualité peut être efficace lorsqu'il est axé sur ses propres besoins.
D'autres industries ont réagi très rapidement à ces services numériques pratiques de GAFA & Co. Si, auparavant, on avait besoin d’un rendez-vous avec la banque, maintenant on peut effectuer un paiement échelonné par identification vidéo.
Quelques grands assureurs ont déjà ajusté la prise d’une assurance à la réalité du marché, la rendant ainsi moins compliquée. Mais la faculté d'adaptation permettant de modifier, élargir ou résilier les produits d'assurance fait souvent défaut. Les clients s'attendent maintenant à un niveau de flexibilité nettement supérieur.

Les processus numériques se sont imposés comme des standards du marché

Certaines grandes entreprises ont compris que la numérisation ne se terminait pas à la signature du contrat, mais que les ajustements et l'accès à l'information des clients devraient être tout autant facilités. Les processus numériques se sont de plus en plus imposés comme normes du marché.
Mais cela n’est pas encore le cas chez de nombreux grands acteurs du marché. Il en résulte des problèmes côté client ou agent. Un assureur qui, à l’instar de certaines autres grandes entreprises allemandes, ne compte que sur un processus de vente rapide risque des suites désagréables de "l’Administration".
Une mise en place numérique rapide, une action « commando » dirait-on, qui n'aurait pas été bien réfléchie et qui aurait été limitée à un seul aspect. On se trouve alors confronté, dans les pires cas, au pire scénario d’un projet numérique coûteux, qui ne rapporte rien, suscite de fausses attentes et aura consommé beaucoup d’argent.
Au delà de la personnalisation du contrat, le fait de rechercher une plus grande transparence dans toutes les interactions avec les clients est un défi beaucoup plus important pour de nombreuses entreprises. De nombreux grands assureurs investissent massivement dans leurs projets, mais souvent sans satisfaire les attentes des clients en matière de produits compréhensibles et facilement accessibles sont rarement satisfaites.
Compte tenu de la couverture toujours croissante des offres et du peu d'attention accordée aux problèmes les plus pressants du secteur, on constate une pression grandissante.
Mais même dans la jungle des options tarifaires et des clauses de service, il est possible de tenir les clients au courant. Les grands assureurs doivent investir davantage dans des documents et des informations significatifs et clairement structurés. Actuellement, la situation du secteur est inégale et certaines approches novatrices font face à une vaste gamme d'offres moins strictes.
Cela devient d'autant plus incompréhensible, si l'on considère les possibilités techniques, avec lesquelles on peut non seulement informer les clients mais aussi se simplifier la vie. Dans tous les cas, la plus grande transparence n’est d'aucune utilité si elle est compensée par ailleurs, par exemple si le client doit attendre des jours pour obtenir des réponses à ses questions.
C’est difficile à comprendre à une époque où on peut suivre la livraison de sa commande de livre sur son smartphone.

Avec des paramètres isolés on n’est pas au bout

Au delà de ces aspects de procédure et d’interaction, les avantages en termes de coûts pour le client et pour la société jouent aussi un rôle majeur. Avec une mise en œuvre incohérente, on peut perdre beaucoup d’argent. Il existe, pour cela, des exemples d’entreprises qui s'appuient entièrement sur des prix bas ou des directives d'acceptation simplifiées.
Soit dit en passant, cela n’a aucun effet réel, pas plus que les populaires remises en ligne. Bien sûr, le client a initialement un avantage, mais convaincu par l'offre numérique d'une entreprise, il en est encore loin. Cela ne sert à rien. L'assureur perd les clients qui réagissent à un tel comportement de l'entreprise – rétrograde de leur point de vue -. Et le client doit s'efforcer d'obtenir une nouvelle couverture d'assurance.
À l'heure actuelle, il y a encore, dans le secteur, trop d'investissements dans des applications numériques isolées et seulement visibles au premier plan. Cependant, il a été démontré que cela n’est pas fait par attiranc pour ds bricolages numériques isolés. Ainsi, tôt ou tard, le client passe à côté des secteurs d’entreprises qui ne fonctionnent pas aussi efficacement et qui ne sont pas aussi pratiques pour eux que ceux auxquels il est habitué.

Conclusion: la focalisation sur un seul aspect de la numérisation ne conduit pas au résultat souhaité. Un processus efficace, (rentable) et transparent doit être l'objectif des deux parties.

L'auteur, Stephen Voss, est le fondateur et le PDG de Neodigital Versicherung AG.

Traduction Jean-Louis Bourgogne janvier 2019

Source : Medizin&Technik  28-12-2018

Imprimer Imprimer

2019-02-05 - MedTech – Produits de contraste - Développement d’un nouveau concept d'agent de contraste

Une équipe de recherche internationale dirigée par l'Université de technologie de Graz a pour objectif d'obtenir un contraste plus net en imagerie moléculaire. Après trois années de recherche, ils ont développé un nouveau concept d’agent de contraste.

Pour rendre plus visibles les modifications moléculaires dans le corps humain au moyen de l'imagerie par résonance magnétique (IRM), des chercheurs de l'Université de technologie de Graz souhaitent y parvenir. Dans le cadre du programme d'excellence de l'UE FETopen dans le projet Conquer (EU-Exzellenzprogramms FETopen im Projekt Conquer), ils ont développé un nouveau concept d'agent de contraste basé sur un effet mécanique quantique. Les résultats sont publiés dans la revue Physical Review Letters X et sont en attente de brevet. Pour que l'agent de contraste puisse être utilisé en clinique, des examens supplémentaires doivent être exécutés. «À l’avenir, il s’agit de concevoir des nanoparticules spéciales qui, d’une part, contiennent des composants spéciaux de bismuth, mais qui, de l’autre, sont faciles à ingérer dans le corps humain sans effets secondaires ni problèmes de santé. Pour cela, il faut beaucoup de synthèse chimique. Cependant, nos résultats constituent la base d’un agent de contraste intelligent », explique Hermann Scharfetter, professeur à l’Institut de technologie médicale de l’Université de technologie de Graz.

En tomographie par résonance magnétique, les noyaux d'atomes d'hydrogène dans le tissu sont excités par des impulsions de champ magnétique à haute fréquence. Ils produisent donc des signaux faibles dans les bobines de réception, qui sont transformés en images. "Notre idée de base était d'envoyer des molécules avec des noyaux quadripolaires dans le tissu et de modifier le signal de RMN classique grâce à l'interaction des noyaux d'hydrogène avec ces mêmes noyaux quadripolaires", explique Scharfetter. Ainsi, non seulement la distribution de l'agent de contraste devrait être exploitée pour une meilleure imagerie des organes, mais, grâce à la sensibilité de la relaxation dite à quadripôle amélioré, même les modifications moléculaires existantes peuvent être détectées. En outre, selon les scientifiques, de base, il est possible d'activer ou de désactiver le contraste.

Traduction Jean-Louis Bourgogne janvier 2019

Source : MedTech Zwo  18-12-2018

Imprimer Imprimer

2019-02-04 – MedTech – Développement numérique - Le Bundesverband Medizintechnologie veut un plan stratégique national

Berlin - L’Association fédérale des technologies médicales (BVMed) appelle de ses vœux un "Processus stratégique de technologie médicale". "Grâce à ce soutien, les entreprises de technologie médicale veulent pouvoir transférer plus rapidement les résultats de la recherche dans la pratique des soins et être en mesure de fournir rapidement aux patients les progrès de la technologie médicale", a déclaré Joachim Schmitt, directeur général de BVMed. L’ensemble du secteur de la santé doit également être numérisé beaucoup plus rapidement. "Nous avons besoin de directives fiables émanant des politiques. Le temps presse, "a déclaré Schmitt.

L'association rappelle que l'accord de coalition entre CDU / CSU et SPD prévoit également un tel processus stratégique. "Nous poursuivrons l’initiative de cybersanté et le processus de stratégie technologique médicale afin de faire de l’Allemagne, pour le secteur de la santé, un pays durablement tourné vers l’avenir", indique l’accord. Le BVMed demande que ce processus s’engage rapidement et à un niveau politique élevé.
Le changement technologique rapide est le moteur des progrès de la technologie médicale ", a déclaré Schmitt. Cependant, les structures conventionnelles d'évaluation et de remboursement de l'autonomie ne seraient pas suffisantes en Allemagne pour assurer un développement dynamique. "Nous avons besoin de moyens nouveaux et courageux. Nous avons besoin de procédures accélérées pour la médecine numérique et de procédures pour certains petits groupes de patients et les maladies rares. Nous avons besoin de notre propre méthodologie d’évaluation des technologies médicales innovantes ", a déclaré M. Schmitt.
À titre d’innovations techniques, l’association a cité ce qu’on appelle les systèmes en boucle fermée avec mesure du glucose en continu et les pompes à insuline contrôlées par des algorithmes intelligents. Aux États-Unis, de tels systèmes sont déjà sur le marché. En Europe, les diabétiques attendent cette innovation avec impatience. "Les progrès techniques de la médecine ont été considérables au cours des dernières décennies. Et pourtant: nous ne sommes qu'au début d’une révolution médicale ", a déclaré Schmitt. © hil / aerzteblatt.de

Traduction Jean-Louis Bourgogne janvier 2019

Source : Ärzteblatt  03-01-2019

Imprimer Imprimer

2019-02-03 – MedTech – Numérique-Digital - Les technologies médicales numériques permettent des soins de santé personnalisés au bénéfice des patients

L'avancement de la numérisation en médecine offre de grandes possibilités dans l'amélioration des soins de santé grâce à la plus grande mise en réseau de tous les participants et l'optimisation de la qualité et de la rapidité des diagnostics. Lors d'un événement organisé par la campagne Meditech à Hambourg, des médecins et des experts de la santé ont démontré en octobre les avantages pour le patient, par exemple dans les domaines des maladies cardiaques, du diabète et des accidents vasculaires cérébraux. "Avec la numérisation, la médecine se trouve devant le saut d'innovation le plus important de tous les temps", a souligné le professeur Dr. med. Jochen A. Werner, directeur médical de l'hôpital universitaire d'Essen. Les innovations médicales numériques permettent des examens et des traitements dans une perspective holistique et aident à donner au patient une plus grande autonomie et une meilleure qualité de vie.

Les mégadonnées et la santé en ligne accélèrent le développement des soins de santé : télémédecine, analyse de la santé basée sur les données, applications de santé et dispositifs mobiles de surveillance de la santé - de plus en plus de services de santé sont fournis par le biais de services et de structures numériques. La numérisation offre de nombreuses améliorations pour toutes les parties prenantes, en particulier les patients. Les technologies médicales numériques apportent des solutions pour assurer la couverture nationale de la population conformément aux normes scientifiques les plus récentes et pour améliorer la qualité de vie des patients, en particulier dans les régions moins bien loties. Lors de discussions vidéo, par exemple, le traitement des plaies chroniques peut être très bien être surveillé par un médecin spécialisé, dont le recours ne pourrait s’envisager que grâce à un coût important en temps et en distances.

Sur le chemin de l'hôpital intelligent

Depuis 2015 le Prof. Dr. med. Jochen A. Werner dirige le centre médical de l’Université d’Essen, qui compte plus de 8 000 employés sous la forme d’un hôpital intelligent. "La transformation du système hospitalier consiste en la transformation numérique, c’est à dire un processus de changement continu, basé sur les technologies numériques, qui doit concerner le corps médical, les entreprises parties prenantes, le système de soins de santé et éventuellement toute la société", a déclaré Werner. Selon Werner, la numérisation à l'hôpital suscite plusieurs espoirs : amélioration des services, réduction du travail administratif des infirmières et des médecins, réduction des pénuries de personnel, amélioration de la sécurité et de la qualité et amélioration de l'accessibilité pour les patients, les proches et les médecins traitants. En ce qui concerne les développements actuels concernant l'hôpital intelligent, Werner a cité d'importants mots-clés de nature électronique comme les dossiers électroniques des patients, l'intelligence artificielle (IA), la robotique, les applications et les dispositifs portables, la télémédecine et la surveillance en temps réel. L'IA sert notamment aux besoins professionnels et à l'évaluation de l'accumulation de données, ce qui offre d'énormes possibilités pour la médecine : "L'IA associe les fonctions de diagnostic au moyen des bases de données et permet des approches de diagnostic complètement nouvelles", a expliqué Werner. "Il optimise et accélère le diagnostic et personnalisera la thérapie dans certains domaines". L'intelligence artificielle sera également utile lorsque, dans les hôpitaux, l'intelligence naturelle n'a pas réussi à éliminer, pendant des décennies, les défauts de procédure, selon Werner.
La protection et la sécurité des données sont également essentielles au succès de la numérisation dans les soins de santé : d’un côté, la protection des données indispensable doit garder un œil sur les droits des patients, mais d’un autre côté elle ne doit pas non plus rendre impossible l’innovation.

Insuffisance cardiaque : sauver des vies avec des solutions numériques

L'insuffisance cardiaque, également appelée insuffisance myocardique, est considérée par les professionnels de la santé comme la maladie cardiaque la plus importante de notre époque, et de plus avec une incidence croissante. Il s’agit d’une maladie du cœur évolutive aux causes multiples, au cours desquelles le cœur s’affaiblit. En conséquence, la quantité sang pompée à travers le corps peut être insuffisante. Les experts et les sociétés professionnelles soulignent l’importance d’une coopération intersectorielle sérieuse entre les soins en clinique ou en ambulatoirehospitaliers et ambulatoires dispensés aux patients souffrant d’insuffisance cardiaque. Cela passe par le regroupement au même endroit de toutes les informations patient collectées – par exemple avec le fichier électronique du patient – qui permet une communication sans faille et facilite la coopération entre les différents médecins impliqués dans le processus de traitement dans la clinique et en ville. Les données de l’étude démontrent que la télésurveillance régulière améliore considérablement les chances de survie des patients insuffisants cardiaques et améliore leur qualité de vie. "Les dispositifs implantables et les capteurs de surveillance offrent la possibilité de surveiller, à distance, par la télécardiologie, l'activité cardiaque", déclare le Dr med. Olaf Göing de SANA Klinikum Lichtenberg. Göing a souligné que les dispositifs portables, tels que les smartwatches, constituent un nouveau moyen important de surveiller le rythme cardiaque et ses anomalies pour signaler des problèmes de santé.

Éviter les accidents vasculaires cérébraux avec une surveillance cardiaque ciblée

L'AVC est l'une des maladies et des causes de décès les plus courantes dans le monde. Chaque année, environ 150 000 personnes sont touchées en Allemagne. Ceux qui survivent à un accident vasculaire cérébral subissent souvent de graves dommages : la paralysie, les troubles de la parole et la dépression sont généralement difficiles à gérer pour les personnes touchées et leurs familles. La cause principale est l'occlusion des vaisseaux cérébraux par un thrombus, ce qui affecte l'irrigation sanguine des parties du cerveau qui sont touchées. Les médecins parlent d’un "accident cryptogénique" lorsque la raison de l'occlusion d'un système vasculaire cérébral est indétectable. Cela concerne environ 30% de tous les accidents vasculaires cérébraux, a expliqué Thomas Lips de l'Université de Rostock. La fibrillation auriculaire, l'arythmie cardiaque la plus courante, est un risque particulier d'accident vasculaire cérébral. Les médecins supposent que de nombreux infarctus cérébraux cryptogéniques sont dus à une fibrillation auriculaire non reconnue et peuvent être détectés rapidement par une surveillance cardiaque ciblée. La détection continue est possible avec les patchs ECG et les enregistreurs d’événements (implantés), selon Lips. "La télésurveillance offre la possibilité de détecter la fibrillation auriculaire ou d'autres arythmies à un stade précoce et d'initier rapidement une intervention adaptée", a déclaré Lips à propos des résultats d'une analyse rétrospective du centre médical universitaire de Rostock. La sécurité des patients peut être accrue en échangeant numériquement, entre praticiens, les données individuelles des patients. Selon Lips, la numérisation ne peut être efficace que dans le cadre d'un système global prenant en charge la détection d'événements, le traitement et les décisions médicales en fonction de certaines règles d'intervention.

Les applications et les biocapteurs peuvent améliorer la gestion du diabète

Le diabète sucré est une maladie métabolique qui touche au moins six millions de personnes, rien qu'en Allemagne. Plus de 90% d’entre elles souffrent de diabète de type 2. Le diabète se caractérise par une augmentation permanente de la glycémie, ce qui peut avoir des conséquences graves à long terme pour l'ensemble de l'organisme. Celles-ci comprennent les lésions nerveuses, oculaires ou rénales graves, l'athérosclérose et les maladies coronariennes ou le pied diabétique. "Le diabète est une maladie liée à la gestion des données", a déclaré Manuel Ickrath, porte-parole du groupe de travail sur la numérisation de l'association allemande du diabète. L'avenir de la diabétologie centrée sur le patient réside également dans le traitement des données de santé et leur interprétation. Ici, le principe doit être qu’on passe d’un flot de données à un flux d’informations, explique Ickrath. L'utilisation de technologies médicales numériques peut améliorer l'autogestion des patients diabétiques : des applications spéciales pour diabétiques enregistrent électroniquement des données telles que la glycémie et la dose d'insuline. Les données peuvent être traitées statistiquement et graphiquement, de sorte que le médecin puisse les analyser plus facilement et ainsi la thérapie puisse être ajustée au patient plus rapidement et plus spécifiquement. Les biocapteurs associés aux applications constituent le moyen le plus moderne de contrôler le diabète : ils éliminent le besoin de pratiquer plusieurs fois par jour des injections et des mesures. Au lieu de cela, un petit capteur discret placé sur la peau à l’aide d’un applicateur mesure en permanence le taux de glycémie dans les tissus. À titre d'exemple d'utilisation de l'intelligence artificielle en diabétologie, Ickrath a également mentionné un logiciel spécial pour le dépistage précoce de la rétinopathie diabétique, qui présente une sensibilité et une spécificité supérieures à 95%.
Selon l'expert, il existe six domaines d'action pour la gestion quotidienne du diabète en termes de numérisation : interopérabilité, protection et sécurité des données, algorithme TÜV, formation avancée, dossiers électroniques du diabète et médecine parlée. Les moteurs de la numérisation seraient les smartphones des patients et le pouvoir novateur de l'industrie des technologies médicales.

Source: Communiqué de presse d'Aktion Meditech du 15 novembre 2018.

Traduction Jean-Louis Bourgogne janvier 2019

Source : BVMed  15-11-2018

Imprimer Imprimer