Skip to content

La voie est désormais ouverte vers les lasers à impulsion de haute puissance grâce à Gérard Mourou, colauréat avec son ancienne doctorante, la Canadienne Donna Strickland du prix Nobel de physique 2018.

Les lasers ont près de 60 ans et la course à la puissance lumineuse a été la raison d'être de nombreux chercheurs. L'idée est d'amplifier l'intensité de la source laser.

Cependant les lasers à impulsions, véritables mitraillettes d'impulsions lumineuses, résistaient face à cette course. Une course que  Gérard Mourou et Donna Strickland relancent dès 1985 en présentant la technique d'amplification à dérive de fréquence, ou Chirped Pulse Amplification (CPA).

Lire la suite sur l'article Usine Nouvelle

Les transactions électroniques interviennent dans tous les domaines d’activité. Depuis la loi du 13 mars 2000, l’écrit sur support électronique a la même force que celui sur support papier. Récemment, une nouvelle étape a été franchie avec la décision de la Cour de cassation (Cass. Civ. 1ère 11 juillet 2018 n° 17-10.458) en matière de reconnaissance de l’écrit électronique.

Eric Caprioli, avocat à la Cour fait le point sur cette réglementation.

Voir sur le site Usine Digitale

De façon générale les difficultés croissantes des salariés avec l'écriture sont bien connues. Les fautes d'orthographe constatées dans les CV sont de plus en plus fréquentes. Le problème est d'autant plus grave que cette situation se double, semble-t-il, d'un laxisme qui touche de plus en plus les recruteurs. Des fautes constatées également dans les offres d'emploi.

Un constat qui confirme ma propre volonté de participer à l'effort à consentir pour promouvoir la recherche d'une meilleure qualité des écrits professionnels dont les démarches de la recherche d'emploi sont la première étape d'une vie professionnelle.

Voir l'article paru dans Le Figaro

L'impression 3D ou fabrication additive est une technologie qui commencé à faire fureur dans le domaine de la création d'objets. Nous aurons l'occasion d'en reparler ici. Mes souvenirs de l'époque où j'étais encore un métallurgiste puis des industries que j'ai côtoyées dans ces domaines m'amènent à suivre de près ce qui se fait dans ce domaine.

D'ici là, pour une visite de découverte je vous invite à voir l'article de Camille Ollivier du CTIF paru sur le site MetalBlog :  La révolution de la fabrication additive

 

L'échec fait mal mais il instruit. Même s'il est difficile à digérer, l’échec est l’un de vos meilleurs enseignants en matière de carrière et d’évolution professionnelle.

Les vertus de l'échec sont souvent mises en avant. C'est le cas dans cet article. Quelques conséquences comme :

  1. La possibilité de considérer de nouvelles opportunités
  2. Pouvoir sortir d'une ornière
  3. Un catalyseur de changement
  4. Permet d'éviter des erreurs futures
  5. Oblige à cultiver l'humilité

Mais comme disait un de mes collègues consultant : "L'erreur est humaine, à condition que la gomme ne s'use pas plus vite que le crayon."

Lire l'article sur le site de Maddyness

Les entreprises attendent de leurs jeunes ingénieurs qu'ils soient un peu « un mouton à cinq pattes », comme nous l'explique Fabrice Bardèche, vice-président du groupe d'écoles Ionis, qui observe cette évolution vers un élargissement des compétences. Les élèves eux-mêmes, constate-t-il, sont conscients, et même acteurs, de ce phénomène.

Une contribution intéressante à l'analyse des modifications intervenant progressivement dans les besoins affichés pour les profils d'ingénieurs. Et par là bien sûr leurs conséquences sur les formations.

Lire l'entretien avec Fabrice Bardèche sur le site Futura Sciences

Les designers sont très appréciés à la Silicon Valley pour leurs qualités potentielles d'entrepreneurs. C'est moins le cas en France où ce métier est encore mal connu.

S'appuyant sur le cas de Sandra Rey, fondatrice de Glowee cet article de Bruno Askenazi paru dans Capital fait le point sur cette situation.

Les designers sont ainsi porteurs de qualité intrinsèques qui sont autant d'atout pour l'entrepreneuriat innovant :

  • L'art de se mettre à la place de l'utilisateur
  • L'apport d'un regard global et profond
  • La prise de recul pour impulser une stratégie
  • La fraicheur d'esprit qui permet de casser les codes

Au total, en tandem avec un diplômé d'une école de commerce, il peut apporter une plus-value étonnante comme le montre l'exemple d'un diplômé de l'ENSCI associé à un ESCP.

Voir aussi l'exemple donné par l'Académie Design Thinking créée par trois écoles : HEC, Strate et 42

Lire l'article sur le site de Capital : "Pourquoi les designers font de bons entrepreneurs"