Skip to content

De façon générale les difficultés croissantes des salariés avec l'écriture sont bien connues. Les fautes d'orthographe constatées dans les CV sont de plus en plus fréquentes. Le problème est d'autant plus grave que cette situation se double, semble-t-il, d'un laxisme qui touche de plus en plus les recruteurs. Des fautes constatées également dans les offres d'emploi.

Un constat qui confirme ma propre volonté de participer à l'effort à consentir pour promouvoir la recherche d'une meilleure qualité des écrits professionnels dont les démarches de la recherche d'emploi sont la première étape d'une vie professionnelle.

Voir l'article paru dans Le Figaro

L'échec fait mal mais il instruit. Même s'il est difficile à digérer, l’échec est l’un de vos meilleurs enseignants en matière de carrière et d’évolution professionnelle.

Les vertus de l'échec sont souvent mises en avant. C'est le cas dans cet article. Quelques conséquences comme :

  1. La possibilité de considérer de nouvelles opportunités
  2. Pouvoir sortir d'une ornière
  3. Un catalyseur de changement
  4. Permet d'éviter des erreurs futures
  5. Oblige à cultiver l'humilité

Mais comme disait un de mes collègues consultant : "L'erreur est humaine, à condition que la gomme ne s'use pas plus vite que le crayon."

Lire l'article sur le site de Maddyness

Les entreprises attendent de leurs jeunes ingénieurs qu'ils soient un peu « un mouton à cinq pattes », comme nous l'explique Fabrice Bardèche, vice-président du groupe d'écoles Ionis, qui observe cette évolution vers un élargissement des compétences. Les élèves eux-mêmes, constate-t-il, sont conscients, et même acteurs, de ce phénomène.

Une contribution intéressante à l'analyse des modifications intervenant progressivement dans les besoins affichés pour les profils d'ingénieurs. Et par là bien sûr leurs conséquences sur les formations.

Lire l'entretien avec Fabrice Bardèche sur le site Futura Sciences