Skip to content

“La médecine numérique en tant que domaine de soins intersectoriel supplémentaire” (Allemagne)

Source : BVMed 09-04-2019

Auteur : BVMed

Traduction Jean-Louis Bourgogne

Le BVMed est favorable au salon "DMEA - Connecting Digital Health" pour de nouvelles voies d'accès aux services de télémédecine et de soins numériques et propose la création d'un nouveau domaine de fourniture "Médecine numérique" intersectoriel. "Fournir aux patients et aux assurés un accès aux solutions numériques nécessite un cadre adéquat reflétant les spécificités de Digital Health, et l'expérience acquise jusqu'à présent, par exemple avec la télésurveillance en médecine cardiaque, montre que les outils existants sont inefficaces. ", déclare le directeur général de BVMed Marc-Pierre Möll au DMEA, qui se déroule du 9 au 11 avril 2019 à Berlin. "La future loi sur la santé en ligne II serait une bonne occasion de faire des progrès concrets à ce sujet", a déclaré Möll.

Selon l'accord de coalition, le gouvernement fédéral souhaite "créer de nouveaux canaux d'approbation pour les applications numériques qui créent une interopérabilité et renforcent la sécurité numérique dans le secteur des soins de santé". Pour poursuivre la mise en œuvre de ce projet, BVMed propose:

• "Nous avons besoin de nouveaux canaux d'accès pour les applications numériques et de télémédecine. Pour cela, on a besoin d’évaluations spéciales adaptées aux spécificités de Digital Health et l'expérience montre que les outils existants sont inadéquats et les processus inappropriés. Nous voulons contribuer, avec les parties prenantes, à une approche pragmatique et axée sur les objectifs dans un organe regroupant tous les acteurs (initiative de santé en ligne).

• En raison de la pertinence intersectorielle des applications numériques, nous proposons un domaine de soins supplémentaire pour la médecine numérique - indépendant des secteurs de la santé existants et avec sa propre rémunération. La nouvelle médecine numérique pourrait être financée par le Fonds pour la santé et une adaptation des allocations de RSA, par exemple, avec un milliard d'euros par an pour tester de nouvelles applications et de nouveaux instruments numériques. Cela ferait de l'Allemagne un pays pionnier à l'ère de la santé numérique. L’annonce d’un tel système de rémunération pourrait stimuler et promouvoir les progrès du secteur de la santé en Allemagne. "

Afin de rendre les données de soins de santé utilisables pour la recherche et la fourniture, il est nécessaire de mettre en place une réglementation pour la collecte et l'utilisation sécurisées de ces données. "Nous plaidons en faveur de la création d'un organisme multiparti définissant les exigences à cet égard", a déclaré BVMed.

Pour des soins de santé durables, une cartographie numérique holistique des processus de soins est nécessaire. Si tous les acteurs sont intégrés, il y a une valeur ajoutée. Cela nécessite le développement rapide du registre électronique des professionnels de la santé et la délivrance de cartes de professionnel de la santé aux professions de la santé non agréées, telles que les entreprises de soins infirmiers, de soins à domicile ou les commerces de fournitures médicales. Cela créera également les bases d'un renforcement de la mise en réseau des acteurs impliqués et donc d'une prise en charge intersectorielle.

Directeur général de BVMed Marc-Pierre Möll a annoncé qu'en juin 2019, l'association créerait un nouveau département "Médecine numérique" afin de s'impliquer davantage à l'avenir dans le domaine de la numérisation.